Maîtriser l’art de la conversation, ça n’est pas seulement savoir formuler des phrases. Gérer le contexte, choisir ses interlocuteurs, prendre sa vie en main sont aussi des éléments centraux qui créent les bonnes conditions pour converser avec le monde.

Dans cet article :

  • Vous apprendrez pourquoi il importe de bien choisir votre entourage
  • Vous verrez comment une communauté de personnes fiables et dynamiques vous aidera à avancer dans la vie, atteindre vos objectifs et profiter de la vie
  • Vous découvrirez le concept de « Cercle d’or »

 

Distinguer les contextes sociaux

« N’oublie pas d’acheter les couches pour le petit Alexandre, il a recommencé à faire pipi au lit. »

« Oh Maman, je t’ai déjà dit mille fois de ne plus t’occuper de ce salop ! »

« Ok Julien j’ai compris, téléphone à Catherine pour lui dire qu’elle voyagera seule samedi… »

Dans la rue, dans les transports en communs, les parcs, les bâtiments municipaux, les centres commerciaux ou dans les autres espaces publics, et – depuis les années 1980 – même à la télévision, nombre de passants, usagers, promeneurs, citoyens, consommateurs et participants exposent leur vie privée sans gêne à la collectivité. La chose a eu ses années de gloire, toute transgressive qu’elle était de l’ordre conservateur pudique. On pouvait dire qui l’on était, exprimer sa personnalité. On allait bientôt comprendre comme tous nous sommes semblables. Et paradoxalement on allait pouvoir enquêter sur autrui, connaître les petits détails sordides du voisinage sans grand effort. Histoire de se comparer, de s’assurer que l’on vaut mieux, nous !

Mais c’est aussi la perte d’une structure mentale forte qui en découle. La distinction généralisée entre sphère publique et sphère privée nous incitait à protéger nos informations personnelles, à modérer notre comportement en public et à accorder du respect aux conventions de la communauté sans privilégier nos désirs individuels à tout-va. Elle nous encourageait ainsi à soigner notre image et notre réputation d’une autre manière que par l’exhibition de notre intimité. Il fallait être productif et utile pour plaire. Pas simplement montrer ses fesses sur les réseaux sociaux, ou publier les photos de nos dernières vacances.

Sélectionner son entourage

A première vue, on pourrait trouver rejetable le schéma suivant. Notre idéologie égalitariste est souvent vidée de son sens par des pensées associatives réflexes dépourvues de réflexion critique. Classer les individus de façon quasi-hiérarchique est souvent mal perçu, à raison.

Il s’agit ici d’installer dans nos esprits un nouveau logiciel d’intelligence sociale. Celui-ci concerne notre proximité avec les individus que nous rencontrons en fonction des relations qui nous lient à eux. Ainsi, loin de chercher à dévaloriser les autres, il nous permet de repérer et de mettre en valeur certaines personnes qui sont importantes à nos yeux, dont nous nous sentons plus ou moins proches, avec qui nous pouvons être plus ou moins ouverts, plus ou moins sincères, plus ou moins transparents.

Térence disait : « Je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m'est étranger.»

Par ces mots, le poète nous invite à l’humanisme et à l’amour universel. Il s’agit de se prémunir contre le sectarisme, le clanisme,  le fascisme. Il s’agit de ne pas exclure. Il s’agit de considérer tout être humain comme ayant une valeur intrinsèque, une importance pour ses semblables et un potentiel relationnel.

Sur cette base, on peut agir d’une manière relative et pragmatique : reconnaître à certains les qualités – notamment relationnelles – que leur comportement exprime, les préférer sans condamner les autres, c’est motiver la communauté à adopter ces conduites vertueuses.

cercles sociaux 3

© La-Conversation 2017

 

Si vous entamez une démarche de développement personnel, vous allez commencer à penser, à vous questionner sérieusement sur vous-même et votre rapport au monde. Vous nourrirez un sens philosophique, préciserez vos valeurs, les traduirez en principes de vie qui ordonneront vos comportements et offriront une cohérence à vos actes. Vous améliorerez votre hygiène de vie, soignerez votre apparence, deviendrez bienveillants. Votre compréhension de la société s’éclairera au rythme d’un intense travail de recherches et de raisonnements solides. Vous vous fixerez des objectifs personnels ambitieux, et réaménagerez votre temps. Vos contacts se multiplieront et vous rencontrerez des personnes aux origines, aux professions et aux rêves variés. Votre horizon s’élargira et vous vous familiariserez avec des lieux jusqu’alors inconnus. Tant et si bien que Calcutta, Singapour, New-York, Buenos Aires, Londres ou d’autres villes à votre goût deviendront plus coutumières au fil de vos rencontres, projets, et voyages. Votre temps de loisir et votre temps d’activité productive s’entremêleront et vous deviendrez plus efficace en apprenant à juger sur la base de vos nouveaux critères d’appréciation ce qui vous est plaisant ou non, intelligent ou non, constructif ou non, amusant ou non. Et à mesure de votre progression, vous percevrez probablement un écart entre votre évaluation et celle de la majorité.

Le premier risque inhérent à la démarche de développement personnel est l’excellence (du latin excellere, « dépasser en hauteur », « être supérieur à »). En effet, nous autres êtres humains sommes des animaux sociaux. Nous héritons notamment cela de l’évolution : autrefois, en des temps où nous étions moins fiers de notre classement dans la chaîne alimentaire, l’appartenance à une tribu était la condition sine qua non de notre survie face à des prédateurs multiples, gourmands et redoutables. Nous avons préservé ce besoin essentiel d’entrer en relation avec les autres, de communiquer avec eux pour maintenir des liens sociaux et affectifs forts. Or il arrive souvent que l’on se lasse de certains individus passifs, négatifs, pessimistes ou nombrilistes. Bien des gens parlent sans cesse plutôt que de vous écouter, s’auto-valorisent plutôt que de s’intéresser à leur interlocuteur, vous rabaisseront plutôt que de vous soutenir avec bienveillance, critiqueront leur environnement plutôt que d’y apporter des améliorations avec enthousiasme, regarderont les mêmes émissions de télévision toute leur vie, rigoleront aux mêmes blagues pendant des années et fréquenteront les mêmes lieux sans aucune curiosité pour le reste du monde… Il n’est pas évident de renoncer à cette compagnie, mais votre démarche lui est pourtant parfaitement incompatible. Un groupe social (cercle d’amis, équipe de collègues, etc) évolue toujours selon une dynamique particulière et vit autour de valeurs et de règles qui lui sont propres. Il tolère mal les anticonformistes qui remettent ses normes en questions.

Lorsque vous avez le choix, fuyez ces gens. Ne demeurez pas au sein du groupe en vous suradaptant, en vous forçant à les valoriser, en résistant à leur pessimisme, en supportant des remarques de mauvais goût, en riant à des blagues usées, en écoutant leur conversations de comptoir. Ne soyez pas non plus le miroir qui renvoient aux autres une image d’eux-mêmes médiocres. D’une part, vous seriez haï pour cela. Et d’autre part, votre esprit pourrait se laisser tenter de les adopter comme point de référence, au lieu de vous comparez à des personnes confiantes, gentilles, entreprenantes et véritables sources d’inspiration. Préférez vous exclure poliment et centrez-vous sur vos activités.

En tant qu’être humain, une personne en développement devra donc toujours rejoindre ou fonder une nouvelle communauté, qui soit ouverte au changement, désireuse de progrès, bienveillante et stimulante ! Votre épanouissement dépend de votre aptitude à vous entourer d’un Cercle d’or. De même que l’alimentation constitue une partie essentielle du culturiste, l’entourage ou « le cercle d’or » est une nourriture indispensable à votre régime de développement personnel.

Dans mes prochaines formations :

  • Vous définirez vos « cercles sociaux » et choisirez avec qui partager les coulisses de votre vie.
  • Vous vous forgerez un environnement social positif, adapté à votre style de vie personnel.
  • Vous gagnerez en leadership pour animer des réseaux sociaux activement impliqués dans votre réussite.

Louny Bostok

Louny Bostok est psychologue et coach relationnel ! Il aide les timides à regagner confiance en eux et à maîtriser l'art de la conversation, pour pouvoir vivre des relations fortes et durables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Devenez membre !