« On juge d’un homme par ses conversations et ses fréquentations. » – Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles

Dans cet article :

  • Je vous explique l’importance de lutter contre la timidité
  • Je vous présente un modèle récent et efficace
  • Je vous révèle les 3 secrets des Supersociaux

I. ENTRAÎNER SA SOCIABILITÉ

A. Des humains partout

Vous avez peur des araignées ? Aucun problème. On peut très bien vivre sans côtoyer les petites bêtes velues à huit pattes du lundi au dimanche. Mais si vous avez peur des humains, les choses se compliquent subitement ! D’abord ils sont partout. Et puis ils ont cette fâcheuse tendance à se rendre complètement indispensables ! Vous voulez réserver une table au restau ? Vous faire livrer un petit chinois (je veux dire un petit repas chinois) ? Vous envisagez de vous inscrire dans un un club de sport ? De sortir de chez vous pour faire des rencontres ? Bam ! Pour chacune de ces choses, il vous faudra affronter plein d’humains ! C’est pourquoi il est tellement vital d’entraîner sa sociabilité.

C. Un besoin vital

Souvenez-vous, dans l’un de mes premiers articles, je vous parlais de la recette scientifique du bonheur ! Le secret ? De bonnes relations humaines, authentiques, bienveillantes, proches et fréquentes. Une chose si positive qu’elle protège aussi notre santé et prolonge notre espérance de vie !

II. LE SOCIAL FITNESS MODEL

A. Un remède à la timidité

Le concept du « Social fitness model » a été développé par le docteur en psychologie Lynne Henderson, de l’Université de Berkeley. Grâce à ce concept, elle combat la vision pathologique de la timidité en présentant l’antithèse de ce phénomène, la sociabilité, comme un muscle que l’on peut entraîner sans modération, que l’on peut éduquer et renforcer jour après jour !

B. Définition de la sociabilité

La sociabilité, c’est la combinaison de deux choses :

  1. D’une part, c’est l’aptitude d’une personne à entrer en relation avec les autres, à se connecter à eux, à développer avec eux des liens d’attachement dynamiques, positifs et constructifs. Avec l’expérience, cette aptitude s’étend à différents types de personnalités, à différents contextes et à différentes relations. Et plus vous vous entraînez, meilleurs vous devenez ! Élevé à son paroxysme, cette aptitude vous transforme en être super-social, qui s’adapte vite et bien en toute circonstance ! Le Dr Henderson file sa métaphore sportive en comparant ces êtres d’exception à des athlètes de haut niveau. S’ils sont peu nombreux, leurs performances repoussent les limites de ce que nous considérons comme possible !
  2. D’autre part, la sociabilité est aussi l’ensemble de vos liens eux-mêmes, c’est-à-dire la densité de vos relations, le nombre et la qualité des connexions qui forgent votre réseau.

C. Le Shyness Institute

Depuis sa création en 1994, le Shyness institute développe et documente le travail du Dr Henderson auprès de centaines de patients. L’institut, dont je m’inspire énormément, fournit une éducation efficace « dans les champs de l’interaction sociale, de la timidité et surtout du bien-être émotionnel et relationnel ».

III. UN EXERCICE QUOTIDIEN

A. Le risque de rechute

Si vous avez déjà tenté de perdre du poids ou de prendre de la masse, vous savez que la clé de l’entraînement réside dans la régularité. Et vous savez aussi sans doute qu’arrêter l’entraînement, c’est prendre le risque de voir réapparaître les petites poignées d’amour, ou de voir vos muscles fondre au soleil. Il en va de même pour l’entraînement relationnel et votre sociabilité.

Rappelons-le, bien des choses causent la timidité. Si certains l’héritent de l’enfance, d’autres la rencontrent soudainement à l’adolescence ou à l’âge adulte. Quoiqu’il en soit, et j’insiste sur ce point, nous y sommes tous vulnérables, face aux événements de la vie : une seule expérience particulièrement anxiogène peut s’avérer suffisamment traumatique pour rendre timide n’importe qui. Y compris une personne habituellement confiante.

Il suffirait que ceux que vous aimez, sur qui vous comptez vous rejettent, et vous voilà vulnérable. La pensée automatique responsable de ce phénomène adopte par défaut un raisonnement généralisant : « Ça m’est arrivé hier. Ça se reproduira forcément ! » (dans le jargon on appelle ça une distorsion cognitive).

B. La solidité naît de l’indépendance  

Bien sûr, chacun est plus ou moins fragile et vulnérable et certains sont plus résistants que d’autres face à cela. La bonne nouvelle, c’est qu’il est tout à fait possible de se protéger contre ce type d’incidents ! Vivre un conflit et demeurer imperturbable. Mais alors comment faire? Comme disent les financiers, il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. De même, sur le plan matériel, social ou affectif, il ne faut jamais au grand jamais dépendre d’une seule personne !

A un niveau supérieur, il ne faut même pas dépendre d’un seul réseau, c’est-à-dire que votre puits de ressources affectives doit se composer de personnes pleinement indépendantes les unes des autres. C’est ainsi que vous pouvez rester vous-même, être fidèle à vos valeurs, vos idées, faire respecter votre personne au risque de contrarier quelques personnes, de froisser quelques ego, sans jamais craindre la perte d’une relation quand elle est dégradée. D’autres viendront la remplacer.

Nous verrons plus tard comment cette indépendance se construit, au plan individuel sur la compétence d’assertivité, et au plan collectif sur une configuration sociale multipolaire en cercles concentriques. Quoiqu’il en soit, cette souveraineté individuelle un élément absolument fondamental de la confiance en soi.

IV. À QUOI BON GARDER LA FORME ?

A. Certains couchent dès le premier soir…

La timidité peut être un handicap à part entière. Si vous êtes célibataire, pensez à la personne qui vous séduit le plus. Imaginez son visage. Visualisez son sourire. Quelle beauté de la nature ! Imaginez que vous vouliez inviter cette personne pour un rendez-vous, plus ou moins galant selon votre degré de romantisme. Que se passe-t-il alors dans votre esprit ?

Certains d’entre vous ont déjà en tête le schème complet pour accomplir cette démarche de A à Z. Inutile de leur dire quoi faire. Ils s’imaginent se mettre en condition mentale, composer le numéro de téléphone, prendre leur plus belle voix, et utiliser des mots touchants pour partager avec émotion cette envie de proximité qui leur met des étoiles dans les yeux. Tout est fluide, tout est simple, tout est rapide, tout réussit.

B. D’autres se contenteraient du troisième

Pour les timides, les choses se passent différemment. Si telle est votre personnalité, peut-être manquez-vous d’expérience. Alors il vous est plus difficile de penser en une seule fois à toute cette séquence d’actions que requiert cette invitation. Que faire ? Que dire ? Quand appeler ? Est-ce si sûr ? Et pourquoi la personne aurait-elle envie de vous voir ? En valez-vous vraiment la peine ? Et si l’on se moquait de vous ? Mais pour qui est-ce que vous vous prenez à prétendre séduire quelqu’un comme ça ?! Non, ce n’est pas raisonnable. Ce serait bien, évidemment. Mais ça n’est pas le bon moment ! Plus tard, peut-être. Pfiou ! Il faut relaxer un peu. Trop d’adrénaline pour une seule journée !

A l’origine, on éprouve la peur d’être rejeté. Rejeté précisément par ceux à qui on aimerait bien plaire. Alors on avance à tâtons. On regarde et on se demande. Qu’est-ce qu’il faudrait pour plaire à ces personnes ? Mais en bon timide, notre vision de la réalité est déformée et on s’en fait toute une montagne en plaçant la barre trop haut, avec une confiance en soi trop basse. Alors forcément, ça ne passe pas. L’expérience est mauvaise, et qu’en conclue-t-on ? Qu’on avait raison de ne pas croire en soi : « la preuve ». C’est la prophétie auto-réalisatrice dans toute sa splendeur !

C. L’exemple d’Antoine

Prenons Antoine comme exemple. Antoine a bientôt 28 ans. Terrifié à l’idée de parler à une fille, Antoine est célibataire et encore vierge. Ses difficultés sociales l’empêchent d’entretenir la moindre relation proche et authentique en dehors de son cadre familial. Tant de doutes, tant de questions, tant de peur, et si peu d’action ! Chaque jour, Antoine aperçoit la belle Charlotte dans le bureau voisin. Quel flash ! Après une intense hésitation de 15 secondes, le cœur tout endolori par un élan cardiaque à 220 bpm, Antoine se résigne comme à chaque fois à l’échec et remet l’espoir à l’éternel lendemain…

D. Au revoir contrat, adieu, promotion !

Vous êtes en couple ? Voyons un autre exemple. Par une froide soirée d’hiver, vous vous trouvez dans une charmante réception à l’occasion d’un congrès rassemblant les professionnels de votre secteur. Au bout du buffet, vous apercevez M. Richard. Monsieur Richard est le directeur des achats de votre principal client. Il se tient là juste devant vous, droit comme un « I » dans son élégant costume indigo. Serait-il seul ? Oui, apparemment ! Avec un petit four dans la main droite et son carton d’invitation dans l’autre pour seule compagnie, c’est l’occasion d’aller lui parler.

Vous sortez votre carte de visite et vous vous apprêtez à évoquer vos bons souvenirs communs du séminaire de l’an passé, en n’oubliant pas de vous enquérir des avancées scolaires de son petit dernier ! Vous pouvez presque entendre d’ici votre patron vous féliciter tout sourire, et vous serrer la main chaleureusement. Aucun doute que cette promotion est dans la poche !

Mais tout à coup, vos lèvres se crispent, vos mains deviennent moites, votre cœur palpite – oui, le même cœur qui vous a si longtemps maintenu dans le célibat -, et vos pieds demeurent immobiles, comme chaussés de marbre. Plusieurs secondes passent et vous restés là, comme figé. Puis vous observez passivement votre concurrent s’avancer tout mielleux, et d’un sourire radieux, voler sous vos yeux l’énorme contrat qui vous était destiné. Hmm, une autre fois, qui sait…

Sans cette timidité tenace, il était tout à vous ! La prochaine fois, faites-vous coacher. 😉 

V. LES 3 SECRETS DES SUPERSOCIAUX

A. L’humilité

L’humilité est la capacité à vous comporter avec modestie. Obtenez stratégiquement la satisfaction de vos besoins de reconnaissance.

Vous voulez qu’on vous applaudisse ? Bougez-vous ! Formez-vous ! Lisez ! Créez ! Participez à des événements, à des compétitions, faites preuve de générosité et jouissez du sourire de ceux que vous aidez. Bref ! Faites tout ce qu’il faut, mais si vous voulez qu’on vous aime, ne consacrez jamais vos conversations à la recherche d’approbation ou de valorisation.

Lors d’une conversation, tournez-vous plutôt vers l’autre pour le valoriser. Soyez reconnaissant des honneurs mérités qu’on vous témoigne en général. Si vous en voulez davantage, devenez réellement meilleur. Mais ne prétendez jamais être ce que vous n’êtes pas. De cette façon, vous n’aurez pas à prouver quelque chose d’impossible et la pression retombera naturellement. 

De même, si vous vous sentez anxieux ou si vous avez raté un échange ou une mission, ne soyez pas trop dur avec vous-mêmes. Les timides ont tendance à s’auto-blâmer, à se juger cruellement : « tu es nul, tu aurais du être bien meilleur, tu ne vaux rien ». Vous allez tout de suite baisser d’un ton ! Parlez-vous plus correctement, traitez vous avec respect ! Votre compétence actuelle est ce qu’elle est. Ayez l’intelligence de comprendre qu’elle ne dit pas qui vous êtes.

Et si c’était le cas, investissez votre énergie à vous améliorer plutôt qu’à vous détruire. Ayez l’humilité de reconnaître vos axes de progrès, au lieu de vous condamner inutilement. 

B. La sociabilité permanente

Comme on l’a vu, la sociabilité vous permet d’entretenir de nombreuses relations, que vous capitalisez comme votre plus précieuse ressource. Ces relations vous offrent toute la chaleur humaine nécessaires. Elles sont nombreuses, variées et indépendantes. Un conflit ne menace donc pas le reste de votre réseau, et vous ne vous sentez jamais menacé d’extinction.

C. L’assertivité

L’assertivité (je lui dédierai un article entier) est la capacité à s’exprimer avec sérénité, de façon à défendre ses droit et sa personne, sans aucune volonté d’agresser, de dominer ou de manipuler. En vous comportant de manière assertive, vous vous faites respecter  sans dépasser les bornes. De cette façon, vous demeurez irréprochable et votre position est beaucoup plus facile à tenir sur le long terme, car vous savez que vous n’avez pas à culpabiliser.

Ayez confiance, adopter ces trois précieuses stratégies est la garantie de vous sentir bien mieux dans votre peau !

CONCLUSION


Dans mes fomations ou en coaching, vous pourrez

  • Évaluer votre timidité personnelle et dessiner votre spirale vicieuse
  • Vous entraîner à l’auto-apaisement et à la neutralisation de vos pensées négatives automatiques
  • Développer la conscience et la maîtrise de vos émotions en situation sociale
  • Mettre en application les 3 secrets pour vous libérer enfin de la timidité

Louny Bostok

Louny Bostok est psychologue et coach relationnel ! Il aide les timides à regagner confiance en eux et à maîtriser l'art de la conversation, pour pouvoir vivre des relations fortes et durables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Devenez membre !