Dans cet article :

  • Le débat qui déchire les séducteurs contemporains
  • L’axe des mauvais et l’axe des bons mâles
  • 3 raisons de séduire des femmes à ta hauteur
 

INTRODUCTION

Jusqu’où es-tu prêt à aller pour séduire ? Tous les moyens sont-ils bons ? Le débat anime la Communauté et divise les séducteurs. Certains sont prêts à tout. D’autres ont quelques principes. La question passionnante de la fin et des moyens continue d’être débattue partout sur les sites de séduction et sur les réseaux sociaux !

À propos de la fin et des moyens, sans rapport exclusif avec la séduction, le lecteur curieux pourra se reporter aux 11 lois ingénieuses énoncées par le très inspirant Saul Alinsky, dans le chapitre premier de son livre Rules for radicals.

Mais je m’éloigne du sujet. Ce débat donc, qui anime notre communauté, pose la question de savoir si la fin justifie toujours les moyens pour conquérir nos belles. D’emblée, je réponds non. Mais comme tu vas le voir, l’enjeu mérite d’être discuté !

 

DES POSITIONS ACCROBATIQUES

1) La tête basse

Notre QI est en chute libre. On le déplore, mais le verdict des scientifiques est sans appel. Le niveau du quotient intellectuel des populations occidentales est désormais en baisse depuis une quinzaine d’années. Bien que le QI ne soit pas le seul baromètre de nos aptitudes mentales (on pense par exemple au Quotient émotionnel ou QE), cette nouvelle donnée n’en reste pas moins choquante ! Elle constitue une véritable régression, du point de vue de l’évolution.

Cela ne frappe pas forcément l’esprit. Pas comme ce pauvre Joe Bauers, qui se réveille en pleine Idiocratie ! Mais le phénomène d’abrutisation est visible à l’œil nu ! Combien de personnes lisent encore des livres aujourd’hui et combien passent des heures à regarder des débilités à la télévision ou à scroller le mur Facebook en zombies aliénés ?

2) Le grand écart

Quelle est donc la situation ? D’une part, certains bénéficient d’un environnement favorable et se cultivent. D’autre part, une majorité de personnes sont écrasés par les soucis du quotidien et trempés dans un bain de médiocrité médiatique. En somme, les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres ; les intellos plus intellos et les débiles, plus débiles. Pour le dire simplement, les inégalités se creusent. L’élite se durcit et les masses se paupérisent.

DRAGUER N’IMPORTE QUI ?

1) L’impact de ton système entrée/sortie

Sais-tu ce qu’on appelle « le système entrée-sortie » ? Tout ce qui entre dans ton esprit l’influence. Chaque information qui te touche transforme ton cerveau et modifie sa structure même, en raison de sa plasticité neuronale ! De la même façon que certains agents comme le glyphosate sont des poisons à proscrire, certains médias sont du poison pour l’esprit. Une seule façon de rester intelligent et libre : contrôler ton environnement et vérifier ce que tu te mets dans le crâne. 

2) Hors de question !

Et alors il est parfois difficile d’avoir des conversations de qualité. Tu aimes parler d’anthropologie, d’histoire, de droit, d’économie, de philosophie, de religion, de politique ? Cela va être compliqué. A l’oreille d’un grand nombre de gens (femmes comprises), ces mots-là eux-mêmes sonnent déjà comme des sujets chiants ! Comme s’ils étaient anecdotiques, comme s’ils n’avaient pas un impact dans l’absolue totalité des situations de la vie quotidienne ! 

J’ai exclu la culture des exemples précédents, car la culture inclut Beyonce et Kim Kardashian. Ce qui signifie : « PORTES OUVERTES ». Les sceptiques avanceront que je caricature, et je leur donne volontiers raison. Ou plutôt, je généralise. Car à bien des reprises on trouve des cas d’école !

Toute la question est posée. Faut-il, si ta culture dépasse la presse people, t’adapter aux modèles dominants au nom de la séduction? Et lorsque le contexte l’impose, ne parler qu’on d’ongles, de modes, de scandales en t’enfilant Mc Donald’s ? Faut-il taire tes opinions au risque de troubler ? Faut-il surfer sur la vague bleue-débile pour draguer n’importe qui ?

Il n’en est pas question.

UNE QUESTION D’ÂGE ?

1) Dénoncer la concurrence déloyale

À mes 13/14 ans, lorsque j’étais adolescent, j’avais une dent contre les hommes de 25 ans qui sortaient avec les filles de mon âge. Bien sûr à l’époque, loin d’être impartial, je voyais surtout cela comme de la concurrence déloyale. Les mecs étaient grands, pesaient 20 kilos de plus que moi, avaient la majorité, le permis de conduire, de l’expérience, de l’argent et le prestige que tout cela engage aux yeux d’une jeune fille. Mais ce n’est pas tout. En plus d’être totalement illégal, je trouvais l’acte simplement immoral.

2) Renoncer à la facilité

Faut-il tout faire pour séduire ? Faut-il tomber si bas que l’on s’en prend aux cœurs les plus faibles ? Aujourd’hui encore, je conserve mon point de vue d’alors. L’affaire est simple : séduire une femme trop jeune ne m’intéresse pas. 

Nombre d’hommes aiment la facilité et pensent rencontrer la gloire auprès de petites minettes (expression aussi moche que l’intention en question). Je ne vois là rien de très viril ! On me rapportait hier que Vincent Cassel avait succombé aux charmes de la jolie Tina Kunaney, au point de se mettre en couple avec la jeune femme. Ne connaissant pas cette personne, je n’ai bien sûr pas d’avis définitif sur la question, mais je ne cache pas avoir quelques préjugés sur la relation.

LE CHAMP D’ACTION DU SÉDUCTEUR

1) Exit les faibles

Pour leur propre bien, protège les faibles de ton attraction et concentre-toi sur les femmes émotionnellement stables et socialement épanouies. Dans une précédente vidéo sur ma chaîne Facebook, je t’appelais à avoir de l’ambition et partant, à élever tes standards, à devenir plus sélectif dans le choix de tes partenaires et amies privilégiées.

Bien sûr les critères à considérer ne se résument pas à l’âge. D’autant plus qu’on distingue nettement l’âge biologique de l’âge mental. C’est davantage l’abus de faiblesse qui est à considérer. Certaines personnes sont plus jeunes, mais plus matures que moi. D’autres à l’inverse sont plus âgées, mais ont l’esprit étroit ou demeurent inexpérimentées. Certaines sont vulnérables en raison d’une situation tragique particulière comme le décès d’un proche ou une maladie grave.

Ces situations sont à considérer et la fragilité manifeste d’une personne, quelle qu’en soit la cause, ne devrait pas donner lieu à la convoitise. Alors le terme de « prédateurs » que d’aucuns font porter aux séducteurs, deviendrait légitime.

2) Des femmes à ta hauteur

Là encore la science est claire : qui se ressemble s’assemble. Inutile de prétendre être quelqu’un d’autre. Travaille ta personnalité avec sincérité, et choisis intelligemment les contextes dans lesquels tu iras séduire, en fonction des personnes que tu es susceptible de rencontrer.

Joue dans la cour des grands ! Sélectionne des personnes d’un âge biologique et mental moralement suffisant, des femmes qui puissent t’apprendre autant de choses sur la vie que tu aimerais en partager avec elles et qui soient aussi solides que tu ne l’es. Le consentement sera toujours plus libre, toujours plus éclairé. Le défi toujours plus grand. L’aventure toujours plus belle !

Catégories : Style de vie

Louny Bostok

Louny Bostok est psychologue et coach en séduction. Il oeuvre à promouvoir la notion de santé relationnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :