La conversation nous prépare pour la solitude
 comme l’exercice pour le repos.
Edward Young

Dans cet article : 

  • Retenez une astuce pour avoir de la conversation ;
  • Découvrez quel homme passionnant vous êtes ;
  • Ne sortez plus de chez vous… à poil ;
  • Exploitez la solitude pour constituer votre Réserve.

I- BRUNO LE SOLO

A- Une vie presque parfaite 

Bruno Mercier a 32 ans. 

De l’extérieur, on croirait que sa vie est parfaite. Mais à l’intérieur, il se sent comme une coquille vide.

Cryptographe de talent en poste dans une grande entreprise de la Défense à Paris, Bruno fait partie de ce qu’on appelle les “jeunes cadres dynamiques”. En pleine force de l’âge, fort sympathique et vif d’esprit, il aime son travail par dessus tout.

Pourtant depuis deux semaines, Bruno a négocié un arrêt maladie auprès de son médecin traitant. Ni malade, ni blessé, il ne veut tout simplement plus retourner au bureau.

– “Comment ça ?”, je lui demandai.

– “En fait Louny, c’est que je n’ai jamais rien à dire à mes collègues ! Je dirige une petite équipe, on est 7 analystes (dont trois femmes).  Professionnellement, ça file droit, mais mes relations… c’est un cauchemar ! “

 – “Quel est le problème exactement ?”

– “Le matin tout va bien. Je vérifie les protocoles de sécurité, je charge untel de vérifier si nos tests ont cassé les codes dans la nuit, je leur demande les rapports de confidentialité si besoin et je distribue les tâches automatiquement. Mon problème vient plus à la pause café ou quand on descend à la cantine, le midi. Je suis leur chef de projet, mais je ne vais pas leur parler chiffres toute ma vie ! Eux, ils ont des amis, une vie sociale ! Les gars ont toujours des trucs intéressants à raconter et je ne sais même pas comment réagir ! Je me sens con, je panique, je ne sais plus où me mettre. J’ai peur qu’ils me trouvent ennuyant. Avec les femmes, je t’en parle même pas…

B- Le dégoût de parler

Pour Bruno, parler est un calvaire.

Et son cas n’est pas rare. Chaque fois que les têtes se tournent vers lui, son esprit s’embrouille. Que raconter ? Que dire ou pas ? Comment le dire ? Et si on me trouvait chiant ? Et si on me jugeait ? Toutes ses pensées occupent son attention ! Si bien qu’il ne peut même plus se concentrer sur ce qu’il veut vraiment partager. 

Il bégaie à chaque phrase, ne trouve pas ses mots, doute de ce qu’il affirme. Son discours décousu et tortueux devient incompréhensible. Pire : s’il n’a rien à dire, il invente des histoires, sans aucune crédibilité ! Il sait qu’on ne le croit pas, mais c’est plus fort que lui. Son équipe l’écoute poliment, car c’est le  N+1. Mais il voit qu’en silence, ils implosent !

Aujourd’hui, Bruno est dégoûté et fuit son environnement de travail. Plutôt que de poursuivre sa vie, il préfère rester chez lui à regarder la télé, ces séries où les dialogues s’enchaînent, où les mots dansent et où les rires s’envolent comme dans un ballet…

II- LE FOND DU PROBLÈME

Mis à part le manque d’énergie, j’entrevois 3 profils-types de personnes ennuyantes.

A- L’expert absolu
L’expert a un domaine de prédilection et un seul, il le connait sur le bout des doigts. Son niveau de connaissance dépasse de très loin celui des néophytes, avec qui il ne peut presque même plus échanger à propos de son univers, tant il est jargonneux et pointilleux. Cette expertise l’a toujours empêché de s’ouvrir à d’autres sujets de conversation, et dès qu’on parle d’autre chose, il est perdu comme un singe dans l’espace ! 

Si vous êtes un expert, acceptez d’ouvrir votre esprit à d’autres thématiques.

B- L’apathique

L’apathique ne s’intéresse à rien de particulier. Tout lui est plus ou moins indifférent. De sa récente prise de masse à la faim dans le monde, de la rupture sentimentale de son voisin de pallier à l’anniversaire de mariage de ses parents, de la victoire de l’équipe de France de handball à la dernière prouesse des robots de Boston Dynamics, en passant par l’actualité littéraire et politique de son pays… Il n’a jamais appris à se passionner pour les choses. Il est inerte et n’offre aucune perche aux autres pour échanger avec lui ! Les gens s’épuisent à son contact.

Si vous êtes apathique, impliquez-vous dans un projet et engagez-vous physiquement dans des événements ! Mettez plus d’émotion dans votre vie !

C- L’interrupteur

L’interrupteur manque cruellement de personnalité. Il n’a pas réellement de Pensée personnelle. Il voit, entend et recrache tout ce qu’il ingurgite tel quel, même si ce n’est pas toujours brillant. C’est celui qui est exactement là où son environnement lui dit d’être. C’est celui qui sort, sans surprise, la blague nulle que tout le monde attendait à ce moment. Celui qui seul chez lui scroll indéfiniment son fil Facebook, entre deux vidéogags et trois posts ineptes. Peu original, il est trop prévisible et ses interventions sont très futiles.

Si vous êtes un interrupteur, faites l’effort de soigner votre Système entrée/sortie, développez votre Pensée personnelle

 
 

III- UN REMÈDE MIRACLE ?

A- Vous en avez dans le ventre : montrez-le !

J’ignore qui a dit : “On n’est jamais totalement habillé sans un sourire.” Mais je lui emprunte cette pensée inspirante en songeant que l’on n’est jamais totalement habillé non plus sans avoir quelque chose à partager.

Faut-il tout préméditer ? Non. 

Il y a un juste milieu à trouver. Certains diraient qu’il est artificiel de se préparer à converser. Je crois pour ma part que c’est faire honneur à ses interlocuteurs que de ne pas se présenter face à eux l’esprit nu.

B- Agir vite pour rester intégré

Comme Bruno, vous aspirez à améliorer votre vie relationnelle ? Un changement profond est souvent nécessaire ! Mais le temps presse. Cet état pourrait vous aspirer dans une spirale de solitude et de vide intérieur.

C’est pourquoi je vous propose ci-dessous un plan simple et immédiat pour rester intégré, avoir des conversations intéressantes et entretenir vos liens avec les personnes du quotidien.

IV- COMMENT SE REPRENDRE ?

Passons aux solutions ! Pour avoir du contenu, vous devez développer votre Réserve. Qu’est-ce que c’est que ça ? Pour faire simple dans une conversation, on est amené à parler de l’autre, de soi-même et du Monde. 

Avoir de la Réserve, c’est avoir du contenu, des idées fraîches en stock et pouvoir échanger dans ses trois directions ! Vous allez remplir votre Réserve avec des “éléments de langage” qui intéresseront vos interlocuteurs/trices.

A- Parler de l’Autre

Avant de parler de soi-même, on s’intéressera d’abord à l’autre. Dans son livre How to win friends and influence people, Dale Carnegie raconte comment le Président Kennedy se couchait toujours tard à la veille d’une rencontre importante. Pourquoi ? Parce qu’il prenait le temps d’étudier la passion de son futur interlocuteur, pour être capable d’avoir une conversation intéressante avec lui. Comme le Président, prenez un instant pour vous renseigner sur l’univers de votre prochain interlocuteur ou interlocutrice avant de le/la rejoindre quelque part. 

Lorsque vous parlez de vous-même, soyez affirmatif. Mais lorsque vous parlez de l’autre, soyez plus dans l’humilité de l’écoute. Avant la rencontre, demandez-vous :

Quelle est sa passion ?

………………………………………………………………………………………………………………..

Que sais-je de cette passion ? 

………………………………………………………………………………………………………………..

Que peut-il m’apprendre à propos de son univers ?

………………………………………………………………………………………………………………..

Quelle est l’actualité dans ce domaine ? 

………………………………………………………………………………………………………………..

Quels peuvent être ses sentiments et préoccupations dans l’immédiat ?

………………………………………………………………………………………………………………..

Je vous prends un exemple.

Jeudi dernier, je prenais l’apéro avec une amie, brillante avocate en devenir. Bien que le Droit m’intéresse, je n’y connais pas grand chose en la matière, à part ce qu’on peut en voir dans les films ! 

Afin de pouvoir entretenir une conversation mutuellement enrichissante, je me suis connecté à Internet pour découvrir ce que recouvrait le Droit des affaires, son univers. D’abord, j’ai visité le site du cabinet parisien dans lequel elle travaillait. J’ai parcouru le profil des associés et collaborateurs qui le composaient, regardant au passage quelles études ils avaient suivies. Je me demandais comment elle pouvait se sentir en tant que jeune femme séduisante et débutante dans un milieu aussi exigeant. J’étais curieux de savoir quels étaient son quotidien, son volume horaire, ses motivations. J’ai pu lire que les spécialités du cabinet étaient le contentieux commercial, le restructuring, les fusions-acquisitions et le “Leverage Buy-Out” (LBO). Ignorant ce que sont les LBO, je visionnais plusieurs vidéos pour comprendre qu’ils s’agissait de montages financiers complexes permettant à une boîte d’en racheter une autre, via une entreprise intermédiaire. Je me demandais quels impacts positifs ou négatifs ces opérations présentaient pour les entreprises et pour la Société ? Au fil des articles, j’en apprenais un peu plus et me demandais pourquoi des banques avaient pu autorisé des LBO sur des entreprises  en chute comme Naf-Naf ou Les Pages Jaunes ? Ou encore quel texte de loi exactement prévoyait un abattement fiscal proportionnel à l’investissement en fonds propres de la holding acquéreuse ? Etc.

J’ai passé plus d’une heure à découvrir un univers totalement nouveau. Toutes ces informations précieuses m’ont donné les bases d’un dictionnaire commun à partir duquel échanger avec mon amie, et grâce auquel j’allais pouvoir apprendre de son expérience. Ces questionnements passionnants m’ont permis de m’intéresser à des problèmes que je n’aurais jamais soulevés autrement. J’avais encore plus hâte de l’écouter me raconter sa vie, maintenant que j’avais donné une direction à ma curiosité au lieu de la laisser nue et flottante (ma curiosité). J’ai pu toucher du doigt des enjeux inédits, au cœur du métier de mon interlocutrice et participer à une conversation très sympa en comprenant ce qui m’était dit, en posant des questions pertinentes et mutuellement valorisantes. En constituant ma Réserve, j’ai donc pu profiter au maximum de cette rencontre, au lieu de me suffire à des échanges de banalités parfaitement impersonnelles sur la pluie et le beau temps. 

Très peu de gens adoptent cette démarche. En vous y prenant ainsi, vous démarquerez facilement des autres personnes et on appréciera vos efforts. Cet exemple est un peu poussé. On peut parfois simplement se remémorer quel travail fait notre interlocuteur avant de le retrouver, quel âge ont ses enfants, quels voyages (il) a fait en dernier ou quels sont les péchés mignons auxquels (elle) aime s’adonner le plus souvent. Voilà à quoi peut ressembler la première partie de  votre Réserve, tournée vers l’autre !

 

Conseil n° 1

Intéressez-vous profondément aux autres.

 

B- Parler de soi

Certaines questions vous reviendront souvent, à propos de vous.

Quoi que vous en pensiez, vous êtes quelqu’un d’intéressant ! Et il faut vous en convaincre, pour que les autres puissent le voir. Avant de sortir, prenez toujours 5 minutes pour vous assurer que vous avez des choses à dire sur vous-même. Amusez-vous simplement à écrire les phrases suivantes en remplissant les blancs : 

• Comment vas-tu ?

Au lieu de simplement répondre “ça va”, évoquez par exemple votre actualité :

“Super merci ! En ce moment, je me sens vraiment Je passe du temps à..... Concrètement, je... C’est important pour moi car En effet, j’aime/je tiens à

→ Attention aux monologues, ne dites pas forcément tout ce que vous avez à dire. Faites des pauses. Laissez la personne respirer, réfléchir, réagir.

• Tu as passé une bonne semaine ?

Au lieu de simplement répondre “Oui et toi ?”, évoquez par exemple votre dernière aventure :

“Ça va, merci ! Tiens l’autre fois [préciser quand], je faisais...(contextualisation). Il y avait telle personne/tel objet/tel environnement (visualisation) et d’un coup... (dramatisation)! Je me suis senti complètement (émotion). Le problème, c’était... Tu imagines, si(mise en tension) Et puis il s’est passé ceci!!! (coup de théâtre) Finalement,...(dénouement)

• Quoi de neuf ?

Au lieu de simplement répondre “rien de spécial”, parlez par exemple de votre plus récent projet ou de ses évolutions :

“Récemment, j’ai décidé de... dans le but de 

C’est excitant car... Le plus difficile sera... Mais mon défi immédiat est de

Vous pouvez bien sûr écrire totalement autre chose, pourvu que vous réfléchissiez à ces questions. Voilà à quoi ressemble la 2e partie de votre Réserve ! Pas besoin de l’apprendre par cœur. Car cet exercice vous aura permis de poser un regard sur vous-même, de conscientiser des événements de votre vie, vos expériences, vos ressentis, vos pensées, vos décisions, vos désirs… Maintenant que vous les avez à l’esprit, il sera plus facile d’en parler !  

Conseil n° 2 

Mettez des mots sur votre vie ; prenez conscience de vous-même.

 

C- Parler du monde

Voyages, arts, hobbies, jeux, travail, sports, argent, relations, sciences, économie, politique, ou même idées philosophiques… On peut parler de tout quand on parle du Monde, encore faut-il avoir des choses à dire.

Depuis six mois, j’utilise l’application gratuite Feedly. Elle me permet de rassembler À UN MÊME ENDROIT différentes sources d’informations sur TOUS les sujets qui m’importent ! Ce genre d’outil me fait gagner énormément de temps pour suivre mes passions sans laisser les choses creuses accaparer mon attention (comme quand on est happés par nos flux Facebook).

Lorsque vous découvrez une information, tentez de mémoriser au moins la source de l’information, un nom, une date, un chiffre ou un mot-clé. Histoire d’être capable de restituer votre idée plus précisément que : “j’ai entendu qu’un jour, un mec avait dit un truc à propos d’un machin, enfin  quelque chose comme ça…” ! Pas évident de rebondir sur une pépite pareille ! À l’inverse, si vous dites : “J’ai lu hier dans le magazine Rolling Stone que le nouveau film Bohemian Rhapsody sorti en 2018 comportait au moins 3 grosses erreurs historiques sur l’histoire de Freddie Mercury”, vous donnez à votre interlocuteur de nombreux points sur lesquels rebondir !

Faites le test et remplissez en un clin d’œil votre esprit d’au moins une ou deux idées sur le monde qui vous passionnent ! Si vous n’avez pas de passion, commencez avec un sujet qui vous parle, un peu au hasard. Vous verrez, le simple acte de comprendre est dopaminergique ! 😉 

 

Conseil n° 3

Gardez contact avec la réalité, sans vous laisser noyer par l’actualité.

 

 

CONCLUSION

Ne rien avoir à dire peut être un réel handicap dans notre vie sociale. Le manque d’inspiration tue la qualité de nos relations et inhibe notre envie de rencontrer de nouvelles personnes ! En fin de compte, cela risque de saper notre estime personnelle. À l’inverse, être très inspiré est exaltant !  Ça vous donne envie de partager vos idées avec les autres et vous incite à vous en rapprocher !

En début d’article, je citais Edward Young (“La conversation nous prépare pour la solitude”). L’inverse est vrai aussi. Je retourne sa pensée en vous disant que réciproquement, la solitude nous prépare pour la conversation ! En effet, les moments de solitude sont idéaux pour constituer notre Réserve et être prêt à converser !

Voici ce que je vous propose : durant les quatre prochaines semaines, prenez le réflexe de remplir systématiquement votre Réserve. Très rapidement, votre esprit va assimiler cette gymnastique mentale jusqu’à ce qu’elle s’automatise. Et vous ne manquerez plus jamais de conversation ! 

Catégories : Style de vie

Louny Bostok

Louny Bostok est psychologue et coach personnel. Il oeuvre à promouvoir la notion de santé relationnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Merci pour votre commentaire. Rejoignez aussi notre newsletter !

%d blogueurs aiment cette page :