Santé relationnelle

La santé relationnelle définit l’état de bien-être et d’épanouissement personnel que ressent celui ou celle qui est sociable (capable d’entrer en relation avec autrui facilement) et dispose de relations sociales multiples, apaisées (non conflictuelles), constructives (dynamisantes et inspirantes) et bienveillantes (pleines d’empathie, d’affection, de compassion).
Elle est le résultat moyen de l’ensemble des empreintes psychosociales exercées par les personnes avec qui l’individu est en lien (que l’interaction soit réelle ou imaginaire).
Cette santé relationnelle est un indice majeur de bien-portance et d’harmonie dans la vie d’une personne, et aura une influence concrète, scientifiquement mesurable sur sa santé physique et mentale. Des effets comme la longévité (vivre plus longtemps), l’humeur positive, la proactivité, la préservation des facultés intellectuelles (mémoire, raisonnement, planification) et corporelles (risques cardiaques moindres, observance des traitements médicaux supérieurs, etc.).
On sait que le contact positif, proche et fréquent avec trois personnes (le chiffre magique) est favorable à tous points de vue. Il libère de l’endorphine, de la dopamine, de l’ocytocine et d’autres hormones qui interviennent dans le plaisir et la régulation du stress.
Ces connexions humaines sont ce qui donne le plus de sens à la vie et permet à l’organisme de demeurer mobilisé pour profiter pleinement de chaque journée. Elles sont le fil invisible qui rattache chaque être à la vie. Par ailleurs, il importe de noter que la qualité prime sur la quantité de relations humaines.